Shanti Travel > Une Rave Party dans le Wadi Rum

Une Rave Party dans le Wadi Rum

Dans le mythique désert jordanien du Wadi Rum a eu lieu, en 2016, un festival de musique techno. Expérience unique, cadre invraisemblable et mélange socio-culturel rare, le Sa7ra-Oui a marqué les esprits dans la région et au-delà. Venez avec nous, on remonte le temps et on vous raconte.

 

 

Bienvenue dans le Wadi Rum, bienvenue au Sa7ra-Oui !

Drôles de scènes que ces ballets de 4×4 qui se succèdent dans le décors martien du désert jordanien, à quelques kilomètres de l’Arabie Saoudite. Les roches saillantes dans ce paysages orangé s’ouvrent pour laisser entrer dans le Wadi Rum un cortège d’invités d’horizons multiples. Des lieux de concert insolites et exceptionnels, on en connait. Des salles de concerts mythiques ou résolument modernes, on en connait aussi. Mais, ce lieu-là a quelque chose d’irréel. Un village de bédouins, un ciel rouge, un désert et, au milieu de tout cela, un festival de musique techno, un rêve, une rave. Non, ce n’est pas un mirage, bienvenue dans le Wadi Rum, bienvenue au Sa7ra-Oui !

La magie de Shadi Khries.

Une question se pose. Qui a pu penser à organiser un tel festival ? Qui a été assez génial pour rassembler tout le folklore oriental et la modernité électronique occidentale ? La réponse : Shadi Khries. Le producteur jordanien associe aux musiques traditionnelles du Moyen-Orient, des sons électroniques, pour un mélange subtile et percutant. Une alchimie musicale étonnante qui va enthousiasmer les spectateurs.

L’autre idée de génie de Shadi est de mélanger la culture bédouine à la culture occidentale. C’est ainsi que les participants à ce projet se trouvent accueillis par une congrégation de 20 Bédouins afin de vivre cette expérience dans le partage. Les invités ne connaissaient pas la culture locale, les bédouins ne connaissaient pas la culture de la musique techno. Shadi Khries les a fait se rencontrer, se mélanger, échanger, pour un résultat : la découverte de l’autre.

Durant plus de treize heures les platines font résonner, dans le désert voluptueux, une musique que les roches n’avaient jamais réverbéré et les 120 festivaliers dansent avec les habitants du village. La magie voulu par Shadi Khries opère et la rave tambourine dans une folle euphorie, malgré les bourrasques de vent.

Le début d’une grande histoire ?

Après des heures à se délecter de la fusion entre les musiques traditionnelles du Moyen-Orient et la musique techno, le résultat est, sans contestation possible, une réussite. Les festivaliers n’en reviennent pas. L’expérience qu’ils viennent de vivre est au-delà de ce qu’on peut imaginer. Il y a le sentiment d’avoir assisté à quelque chose d’irréel. Et, pourtant, ça l’est. Les Bédouins qui ont découvert la musique techno de Shadi Khries, Acid Arab ou Red Axes, sont conquis.
Et, dire que tout cela n’était qu’un test, qu’une idée folle montée en deux semaines, grâce à des personnes toutes issues d’horizons différents, mais qui ont trouvé dans la musique la liberté de se réunir.

Le Sa7ra-Oui ouvre la porte à des projets encore plus divers, plus fous, plus grands, dans l’esprit de Shadi Khries. Des projets qui évidemment ont pour but de rester dans l’idée de ce premier festival : respecter les lieux et les populations locales, organiser les évènements en collaboration avec elles, faire découvrir la culture jordanienne au plus grand nombre et surtout partager.

 

1 Commentaire

  1. Jeremy
    20 août 2021 / 14 h 52 min

    ça c’est original

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ils ont voyagé avec notre agence de voyage en Asie Shanti Travel

Send this to a friend