Sep
2017

Six rituels de mariage à l’indonésienne PART 2

Publié le 28/09/2017 par Ken Shanti Travel

Vous êtes invité à un mariage durant votre voyage en Indonésie ? Ce sera pour vous un jour de dépaysement total sur l’archipel aux îles pluriethniques s’alignant telles des perles sur l’équateur. Nous avons compilé pour vous 6 rituels de mariage à l’indonésienne, chacun venant d’une région différente. Mangulosi et Merariq vous ont été présentés dans l’article précédent, Six rituels de mariage à l’indonésienne part 1 et voici la suite :

3] Ngidak Endhog chez les Javanais à Java

Comment ça se passe ?

Pour vous familiariser avec la culture javanaise avant d’entamer votre circuit à Java, nous vous racontons le rituel ngidak endhog qui signifie en javanais “marcher sur l’oeuf”. Durant la cérémonie de mariage, un plateau contenant un oeuf et d’autres offrandes est posé par terre. Après avoir enlevé ses souliers, le marié l’écrase de son pied nu. Ensuite, la mariée en face de lui s’agenouille pour le lui laver avec de l’eau florale aux pétales de rose, de jasmin et de ylang-ylang, puisée d’une petite bassine dorée à côté du plateau. Une fois son pied nettoyé il se rechausse et aide sa femme à se relever.

Les mariages indonésiens rassemblent un grand nombre d’invités requièrent une préparation méticuleuse. Chez les Javanais, les parents sont généralement pointilleux sur la salle de réception : mosquées ou autres édifices religieux, ou bien souvent aussi des grands hôtels. Et pourtant … même lorsque la fête a lieu “seulement” à la maison, la beauté des costumes et des décors suffisent à rendre ces moments magnifiques !

Pour la petite histoire :

Célébrer  son union en prenant l’oeuf comme symbole de fertilité assurerait un mariage fécond. Cependant, le rituel ngidak endhog revêt d’une symbolique très patriarcale. Ecraser la coquille pied nu représente les efforts, la souffrance que doit endurer l’époux pour faire vivre sa famille, désormais sans protection des ses parents. L’épouse à ses pieds pour le nettoyer incarne son dévouement. Aujourd’hui de plus en plus de couples décident d’exclure cette coutume de la cérémonie.

Pour beaucoup de familles javanaises, le rôle de la femme se concentre prioritairement autour de ses obligations d’épouse ainsi que de mère. Etant définie comme ‘la compagne derrière l’homme’ ou en javanais konco ing wingking, elle est censé le soutenir et combler tous ses besoins avant de penser aux siens. Sa soumission ferait le bonheur du mari après une rude journée de travail.

Envie d’en apprendre plus sur les cultures locales ? Lors de votre voyage à Java, passez à Jakarta pour vous plonger dans les précieux ouvrages de la bibliothèque à l’Ecole Française d’Extrême Orient

4] Roti Buaya chez les Betawis à Jakarta

Comment ça se passe ?

Roti buaya est un pain représentant un couple de crocodiles, offert par le marié à la mariée lors du mariage chez les indonésiens d’origine bataviennes. Selon le rituel, Madame et Monsieur Crocodile sont délicatement posés près du pelaminan, des trônes somptueusement décorés où les mariés ainsi que leurs parents se tiennent durant les festivités. Dépassant les 50 cm de longueur pour le mâle et un peu plus petit pour la femelle, ils seront partagés entre les invités pour réaliser un souhait : que l’union de ce couple profite à chacun de leurs proches, à la société.

Une autre variante du rituel consiste à conserver le roti buaya dans la chambre des nouveaux mariés. A la fin des festivités, on y apporte le plateau contenant les crocodiles. Ils seront conservés dans la penderie et ne seront retirés qu’une fois en décomposition. Selon les anciens, cette façon de faire favoriserait l’union à vie du couple, rester ensemble jusqu’à ce que la mort les sépare. Tandis que la première variante où ils sont distribués aux invités causerait la séparation des mariés.

Si vous êtes convié à un mariage au cours de votre séjour en Indonésie, n’hésitez pas à questionner les autres invités car les indonésiens adorent échanger sur leur culture et celles des autres !

Pour la petite histoire :

Cette coutume laïque d’engagement du couple pour l’éternité reste très ancrée chez les les jeunes Betawis. Elle remonterait à l’époque hollandaise en Indonésie. Les autochtones de Batavia, aujourd’hui Jakarta, par mimétisme à la tradition européeenne du lancer de bouquet de la mariée pour les jeunes femmes célibataires, inventèrent eux aussi quelque chose à distribuer aux invités.

Mais pourquoi du pain, et pourquoi sous forme de crocodile ?

Autrefois, seuls les milieux aisés en Indonésie se nourrissaient de pain. Ainsi les mariés souhaitent atteindre une qualité de vie élevée. Quant au crocodile, il suscitait tant de légendes locales et les habitants aux abords du fleuve Ciliwung le respectait pour sa capacité à vivre dans deux éléments. Une de ses qualités que les Betawis admiraient était sa férocité face à une menace approchant ses oeufs et ses petits, ce qui en fait un symbole fort des valeurs familiales. Enfin, les Betawis croient que le crocodile s’accouple avec un seul partenaire à vie et symbolise donc la fidélité.

A SUIVRE :

PART 3 : Muka Panto chez les Sundanais du pays de la Sonde et Uang Japuik chez les Minangkabau de Sumatra de l’Ouest

Vous songez à un circuit en Indonésie pour votre prochain voyage? Nous sommes ravis de vous faire découvrir à travers nos articles des petits bout de ce splendide pays qui suscite tant la curiosité !

 

Mots-clés : circuit indonesie, circuit java, mariage indonesie, sejour indonesie, voyage indonésie, voyage java,