Sep
2017

Six rituels de mariage à l’indonésienne PART 1

Publié le 08/09/2017 par Ken Shanti Travel

Vous êtes invité à un mariage durant votre voyage en Indonésie ? Ce sera pour vous un jour de dépaysement total sur l’archipel aux îles pluriethniques s’alignant telles des perles sur l’équateur. Nous avons compilé pour vous 6 rituels de mariage à l’indonésienne, chacun venant d’une région différente :

1] Mangulosi chez les Bataks à Sumatra du Nord

Comment ça se passe ?

Le rituel mangulosi consiste à remettre symboliquement à quelqu’un le ulos, magnifique étoffe artisanale du pays Batak. Lors du mariage, les parents recouvrent les épaules des jeunes mariées, qui tiennent l’étoffe de bout en bout.

Les parents expriment ensuite leurs souhaits et prières. Un moment fort en émotion et plein d’amour ! Les Batak sont souvent de foi chrétienne et cette cérémonie peut avoir lieu à l’église. La symbolique de mangulosi est profonde : lorsque le nouveau couple se voit offrir le ulos par une ou plusieurs personnes, cela signifie qu’il peut s’appuyer sur leur protection en toutes circonstances pour la vie entière. Ce rituel célèbre leur appartenance au clan, une notion primordiale chez les Bataks.

Assurez-vous de ramener la magnifique étoffe artisanale du pays Batak lors de votre circuit à Sumatra du Nord. Peu importe son prix, qui varie entre 300.000 IDR et 3.000.000 IDR (soit 20 à 200 euros) selon la qualité, les Bataks y attachent une grande valeur affective.

 Pour la petite histoire :

Chez les Bataks vivant aux abords du Lac Toba à Sumatra en Indonésie, la chaleur est l’une des 3 composantes essentielles à la vie humaine, avec le souffle et le sang. L’apparition du ulos remonterait aux premiers habitants de cette région venteuse exposée au froid des montagnes. Pour se garder au chaud, ils confectionnèrent initialement ce tissu à base de fibre naturelle et épaisse.

Le rituel mangulosi n’est pas seulement propre aux mariages. Au cours de sa vie, un(e) Batak reçoit obligatoirement au minimum 3 ulos : à la naissance, au mariage, au décès. L’offrande est strictement codifiée, cela se fait toujours par une personne ayant un statut plus élevé. Par exemple, un filleul ne peut pas l’offrir à son parrain, une fille ne peut pas l’offrir à ses parents. Généralement ce sont des personnes de l’ancienne génération ayant gardé une certaine autorité sur le reste du clan et ont donc la responsabilité de les protéger.

2] Merariq chez les Sasaks à Lombok

Comment ça se passe ?

En planifiant votre séjour à Lombok, vous souhaitez mieux connaître la culture de celle qu’on nomme la petite soeur de Bali. Saviez-vous que chez les Sasaks, les mariages s’accomplissent par … enlèvement ? Avec le consentement de l’intéressée, heureusement. Le couple se met d’accord sur la date, et le jour J le fiancé épaulé des hommes de sa famille se rend chez sa fiancée durant la nuit pour l’enlever. Durant trois jours, elle sera cachée chez des proches de son futur mari. Cette confination permet à la femme de prouver sa volonté de le suivre dans sa vie, créer de bons liens avec son entourage, vivre avec ses moyens.

Au matin du premier jour, des représentants du fiancé se rendent chez le chef du village pour lui signaler que cette femme est retenue pour la marier à l’homme. Ensemble ils se rendent chez les parents de la fiancée qui avancent leurs conditions incluant le montant de la dot. Amusant à savoir : des futurs beaux-parents Sasaks s’offusqueraient si le prétendant venait leur demander gentiment en mariage. La logique ? On n’accorde pas la main de sa fille comme ça à quelqu’un, comme s’il s’agissait du’une poule ou d’un oeuf qu’on donne à n’importe qui …

 Pour la petite histoire :

Le rituel merariq signifiant “enlèvement” en langue Sasak s’accompagne de valeurs fortes, un brin guerrières. En effet, au fil des siècles ce peuple a forgé sa réputation de vaillants combattants contre les invasions javanaises, balinaises, hollandaises s’installant sur leur île paradisiaque Lombok. Composé de tribus parlant des dialectes variant d’un hameau à l’autre, aujourd’hui ils restent de tempérament parfois bagarreurs entre eux. Quoi qu’il en soit, cette coutume est une symbolique de dignité, aussi bien de la femme, de l’homme, ainsi que de leurs familles respectives.

On doit se battre pour obtenir ce que l’on veut ? Tel pourrait être le sens de merariq. Aux yeux des Sasaks, l’homme doit incarner le courage, l’agilité, la virilité. Ce sont ces valeurs qu’il doit prouver au moment du rituel à ses futurs beaux-parents, à sa propre famille ainsi qu’à sa future femme. Une autre version des origines de cette coutume est celle-ci : jadis chez les Sasaks, “offrir” une femme pour la marier à un homme servait à rétablir la paix entre deux villages en conflit permanent. Aujourd’hui les guerres tribales ont depuis longtemps cessé mais la culture Sasak perdure fièrement. Lors de votre voyage en Indonésie à Lombok découvrez-en toutes les facettes !

A SUIVRE …

PART 2 : Ngidak Endhog chez les Javanais à Java et Roti Buaya chez les Betawi à Jakarta

PART 3 : Muka Panto chez les Sundanais du pays de la Sonde et Uang Japuik chez les Minangkabau de Sumatra de l’Ouest

Vous avez choisi l’Indonésie comme prochaine destination ? L’originalité des cérémonies ainsi que la quantité de rituels ne cesse d’émerveiller. Avec nos articles, nous somme ravis de vous faire découvrir des petits bouts de ce splendide pays qui tient une grande place en Asie du Sud-Est !

Mots-clés : circuit sumatra, ile paradisiaque lombok, lac toba sumatra, sejour lombok, voyage indonésie, voyage indonesie lombok,