Juil
2015

Bollywood ou l’Inde sur pellicule

Publié le 07/07/2015 par Sophie ShantiTravel

Gunday

A l’image de la société indienne, le cinéma indien est abondant, vaste, coloré et varié. Il représente l’industrie cinématographique la plus prolifique au monde. Reflets de la culture indienne dans sa recherche d’idéal, de rêve, de beauté, les films et leurs acteurs sont aussi importants que les dieux : Bollywood rassemble des millions d’indiens.

Bollywood en chiffres

Bombay, rebaptisée Mumbai en 1996, est la capitale du cinéma indien. Cette grande industrie a été surnommée Bollywood, mélange épicé entre Bombay et Hollywood. Le terme Bollywood est souvent utilisé à tort pour parler du cinéma indien en général. Or il ne rassemble que les films produits à Bombay en langue hindi. Il existe d’autres productions dans le cinéma indien dans d’autres régions et dans d’autres langues : bengali, tamoule, télougou, malayalam ou marathi. En 1896, à Bombay, les frères Lumière organisent la première projection d’un film en Inde. C’est en 1913 que le premier long métrage indien est réalisé.  Raja Harishchandra, de Dadasaheb, film muet inspiré du Mahabharata, la grande épopée de la mythologie hindoue. Aujourd’hui dans toute l’Inde près de 3000 films sont tournés par an dont environ 2000 uniquement pour Bollywood. 3 fois plus de films produits à Bollywood qu’à Hollywood avec un coût de production par film en moyenne 20 fois moins cher qu’un film américain. Les recettes sont bien plus modestes qu’aux Etats-Unis. Le cinéma indien aurait tout de même rapporté près de 2 milliards d’euros en 2014. On comptabilise 13 000 écrans dans tout le pays. Bollywood est très dynamique avec une croissance annuelle de 10%. Cela peut représenter jusqu’à 7 films par jour tournés à Bombay. L’industrie tourne 24h/24h avec des milliers d’aspirants en quête de célébrité. Ils débutent souvent comme des anonymes figurants, profession extrêmement sollicitée au vue du nombre de films produits par an.

Devdas, un grand classique qui a fait l’ouverture du festival de Cannes en 2002 est une référence mondiale : il reste à ce jour le film le plus cher de Bollywood !

Recette miracle de ce cinéma centenaire

Aujourd’hui ce genre cinématographique réunit costumes brillants, sentiments exacerbés, histoire d’amour impossible, danses endiablées pour un divertissement simple et immédiat. Les films racontent des scénarios « masala » mêlant action, amour, passion, tragédie, violence, religion, morale et humour. La fin est souvent prévisible mais le spectacle continue, peu de baisers ou de scènes trop érotiques, mais la musique compense.

Mother India

Le tout peut sembler très kitsch, car les scènes sont surjouées. Le personnage du méchant est indispensable : on le reconnait à sa démarche et à ses lunettes noires. Les femmes brillent, sont belles et glamours, des modèles de femme fatale au grand cœur. Nous avons tous en tête les  fameuses affiches des films souvent peintes à la main. Les plus anciennes redeviennent à la mode, avec leur style retro.

Un classique de la construction d’un film Bollywood passe par plusieurs scènes de danses énergiques où tous les acteurs participent à une chorégraphie impressionnante. Les danses et les chansons de ces films sont le ciment de la société indienne. Tout en playback, les clips vidéo permettent de promouvoir le film avant sa sortie. Ces véritables armes commerciales deviennent parfois des tubes. Pour les indiens, Bollywood c’est un vrai moyen d’évasion, de rêver et d’être fier de son pays.

Les films Bollywood sont distribués dans toute l’Inde mais aussi dans d’autres pays d’Asie et du Moyen-Orient. Dans les pays à population musulmane, les films ont du succès grâce à la censure imposant une certaine pudeur. La morale et les valeurs traditionnelles indiennes ne permettent pas de filmer des scènes sexuelles. Souvent, elles sont remplacées par des danses très érotiques et subjectives.

Le Bollywood ne se résume pas à un enchainement de danses, de couleurs brillantes et d’histoires d’amour tragiques. Au-delà du « glamour-guimauve »,  Bollywood n’est pas simplement une machine à rêver. Il continue de jouer un rôle politique et social reflétant les mœurs de la société indienne, en pleine évolution. Une petite poignée de films commence à produire un nouveau cinéma, une sorte de « Nouvelle Vague » avec des sujets plus à l’image de la société indienne d’aujourd’hui et des aspirations des jeunes indiens.

Des films et des hommes

Chaque amoureux de l’Inde connaît ses classiques et peut citer quelques acteurs de l’empire Bollywoodien. Initiez-vous à ce cinéma acidulé en suivant notre petite sélection.

–          Shahrukh Khan : second acteur le plus riche du monde. Vous le voyez de partout en Inde, dans chaque publicité ou à l’affiche de plusieurs films par an. Dilwale Dulhania, Kuch kuch hota hai, Devdas, Chennai Express, etc …

–          Amitabh Bachchan : dieu vivant depuis 40 ans, il a tourné plus de 200 films, du héros romantique au vilain macho. Il est très facilement identifiable avec ses cheveux noirs qui contrastent avec sa barbe blanche et ses lunettes de type « branché New Yorkais ».

amitabh bachchan

Il a joué notamment dans le film culte de 1975 : Sholay.

–          Amir Khan que l’on retrouve dans beaucoup de comédie à succès fait presque partie de chaque famille indienne tant il est apprécié par toutes les générations. On le retrouve dans Lagaan, 3 Idiots et PK par exemple. Il joue souvent des films plus engagés où des sujets de société importants sont évoqués en arrière-plan. Pour finir, Amir Khan est le seul acteur bollywood à ne paraître que dans UN SEUL film par an, et chaque année ce film en question reste au top pendant plusieurs semaines.

Les actrices indiennes ont souvent commencé leur carrière par des concours de beauté. Aishwarya Rai et Priyanka Chopra, deux anciennes Miss Monde, sont des figures féminines célèbres de Bollywood. Sonam Kapoor, fille d’un très influent producteur de cinéma est également un modèle pour de nombreuses indiennes. On retrouve bien sûr le culte de la peau blanche, du maquillage à outrance, du glamour étincelant !

aishwarya rai

Quelques films pour commencer :

–          Barfi (2012) avec Priyanka Chopra, romantique, comme beaucoup de films Bollywood, cette histoire d’amour atypique est pleine d’humour et d’humanité.

–          Three Idiots  (2009), de Rajkumar Hirani (86 millions de dollars de recettes dans le monde entier) raconte l’histoire de 3 étudiants qui se retrouvent dix ans plus tard et qui partent pour un road trip dans le Nord de l’Inde à la recherche d’un de leurs amis, Amir Khan. Ce film vous montre les paysages exceptionnels himalayens tels que le Pangong Tso au Ladakh. Cette comédie assure une morale didactique sur l’importance de l’éducation et de l’amitié.

–          Delhi Belly (2011), ce film, produit par Amir Khan, relate les mésaventures de trois jeunes hommes de Delhi confrontés à la mafia de la ville. Une grande liberté de ton et un regard plein d’humour sur la culture indienne en fait un film assez atypique.

–          Un classique de 1957 : Mother India, de Mehboob Khan, montre un tableau des maux de l’Inde rurale : sécheresse ou moussons diluviennes qui dévastent les récoltes, personnages impitoyables, suicides de paysans. Mother India est plus que jamais d’actualité dans un pays où 70% de la population vit dans les campagnes. C’est un véritable manifeste en faveur des villages indiens.

–          PK, (2014) avec Amir Khan comme héros, cette comédie moderne est l’un des plus gros succès financier de l’histoire de Bollywood. Chaque indien peut s’identifier à ce personnage attachant.

Aujourd’hui, Bollywood est une industrie florissante, toujours empreinte de morale et de grand spectacle à l’indienne. Elle attire les investisseurs européens et américains. De plus en plus de projets cinématographiques indo-américains voient le jour. La recette Bollywood est en pleine évolution. Les films commencent à être plus courts et comportent moins de danse et de musique. Des films aux scenarios un peu moins consensuels, plus digressifs, notamment les films avec l’actrice d’origine française Kalki Koelchin commencent à avoir un certain écho en Inde.

–          Zindagi Na Milegi Dobara (2011) (on ne vit qu’une seule fois), avec Kalki Koechlin, est un road movie en Espagne de 3 jeunes hommes en quête de sensations fortes.

–          That Girl In Yellow Boots (2010) réalisé par Anurag Kashyap, un thriller relatant l’histoire de Ruth, partie à Bombay, à la recherche de son père


L’univers Bollywood 

Parallèlement au spectacle saisissant d’un film Bollywood, un art de toute autre beauté a vu le jour : la danse Bollywood qui découle naturellement des danses des films populaires indiens. Mélange culturel des danses, le Bollywood est inspiré de la danse classique et folklorique indienne, mais avec des éléments de jazz, salsa, et même hip hop. Danse à la fois rythmée et gracieuse, tout le corps exprime des émotions. Pour vous initier à cet univers, participez avec nous aux cours de danses Bollywood à Delhi.

N’hésitez pas à aller voir un film lors de votre passage à Jaipur, au célèbre « Raj Mandir Cinema ». Vous pourrez ensuite échanger avec les jeunes Indiens sur la dernière chorégraphie à la mode dans le dernier film Bollywood à succès.

Si vous voyagez à Bombay, nous pouvons vous organiser la visite des studios de cinéma de Bardia. Pour vous immerger encore plus dans la culture Bollywood, participez pendant une journée à un tournage en tant que figurant ! Prenez contact avec Sabrina, Expert voyage chez Shanti mais aussi professeur de danse indienne :

http://www.shantitravel.com/fr/inde-du-nord/

 

Mots-clés : bollywood, Danse, Films, inde,

mm

À propos Sophie ShantiTravel

Après plus de 3 ans à m’occuper de l’organisation des voyages dans l’Himalaya, et plus particulièrement au Ladakh, depuis l’agence Shanti Travel de New Delhi, je suis partie en Mongolie le temps d’une saison, habiter sous une yourte et rencontrer ce peuple chaleureux. Aujourd’hui entre le Sri Lanka et le Népal, je découvre les charmants voisins de l’Inde et partage mes expériences de terrain avec les autres voyageurs. Au fil des années et des expériences, l’expertise de notre équipe de conseillers-voyage s’est également agrandie au Sikkim, au Bhoutan, aux régions du Nord-Est de l’Inde, proche de la Birmanie… Mes collègues, tout aussi passionnés que moi par la nature et les grands espaces, sauront vous conseiller sur ces destinations.