Oct
2013

5ème jour au Ladakh : arrivée à Nimmu House

Publié le 07/10/2013 par Clemence Shantitravel
Village de Nimmu au Ladakh

L’arrivée au village de Nimmu, au Ladakh

Réveil matin, 8 heures, il ne faut pas traîner, une puja nous attend à Nimmu House… Nimmu House ? Il s’agit de l’une des plus belles maisons nobiliaires du Ladakh.

 

Nimmu House : un hébergement d’exception et unique au Ladakh

 

Ce magnifique boutique hôtel au Ladakh de 1200 m2 construit au début du XXe siècle et situé dans le village de Nimmu à 45 minutes de Leh abrite une trentaine de pièces, dont deux temples, et est entouré d’un verger de 5000 m2 qui abrite de nombreux abricotiers, des pommiers, des amandiers et de nombreuses fleurs. La famille qui y habite depuis des décennies est descendante d’un important collecteur d’impôt de la vallée de l’Indus, cousin du roi du Ladakh. Seulement voilà, le rattachement du Ladakh à l’Inde en 1947 a mis fin aux privilèges de la famille royale du Ladakh. Au fil des années, la famille ne pouvait plus entretenir correctement la bâtisse. Récemment, des amoureux du Ladakh et de la Nimmu House ont proposé à la famille de rénover la maison et de la transformer en hôtel de charme. Ainsi, la Nimmu House retrouve son faste d’antan.

Bref, après quatre jours au Ladakh, il était temps pour moi de rencontrer le mythe Nimmu House !

Tente de Nimmu House, intérieur

A l'intérieur de ma tente...

Et bien disons le simplement, je n’ai pas été déçue. Je n’avais vu que très peu d’images mais avais imaginé beaucoup de choses. L’arrivée dans le verger d’abricotiers impose un premier regard plein de sérénité. Puis c’est cette bâtisse si imposante qui se révèle.

Dans un pur style architectural tibétain, de la Nimmu House, de ses terrasses et de son verger se dégage pourtant une atmosphère presque… Provencale ! Au cours de ma découverte des lieux, je pousse une multitude de portes, sur deux étages, avec des puits de lumière qui éclairent joyeusement les fresques bouddhistes. Je découvre avec surprise que la maison compte deux temples, ce qui est quelque chose de très rare et souligne l’importance de la famille de cette maison.

 

Puja bouddhiste au Ladakh

 

Temple de Nimmu House

L'un des temples de Nimmu House

Justement, l’un de ces deux temples, je vais y passer quelques heures ce matin. Un lama – prêtre bouddhiste – est attendu dans la maison. Comme cela est régulièrement le cas, le lama réalisera une puja, une cérémonie pour réunir les esprits de la maison et apporter d’heureux augures grâce à une cérémonie du feu.

Avec ses quelques mots d’anglais et mes quelques mots d’hindi, le vieux lama et moi communiquons tant bien que mal mais avec le sourire pendant qu’il prépare tout ce dont il a besoin pour commencer la cérémonie. En parfaite novice, je l’observe donc préparer ses sculptures après avoir mélangé de la tsampa (farine), de l’eau et du beurre. Je prends des notes, je suis impressionnée par la rigueur de cette préparation. Il me laisse prendre quelques photos et filmer, jusqu’au moment où le feu entre en scène. No picture please.

Sculptures de puja

Les sculptures réalisées par le lama

Je m’exécute en continuant de l’aider. Ça y est, me voici devenue assistant-lama !

Après 3 heures de cérémonie, des lectures murmurées, des rituels d’immersion des sculptures et de tintements de clochettes, il semble avoir terminé. Je prends conscience d’avoir assisté à un moment très privilégié. Le lama prendra même quelques minutes supplémentaires pour me faire visiter le second temple de la maison. Il n’y est pas venu très souvent et découvre parfois avec autant de surprise que moi d’anciennes représentations bouddhistes très bien conservées.

Il est temps de lui dire Julley (au revoir en ladakhi), la journée file et j’ai très envie de continuer à explorer la Nimmu House et son histoire. Sans oublier qu’une luxueuse et confortable tente m’attend dans le verger…

Julley Julley !

Mots-clés : Bouddhisme, carnet de route au Ladakh,

À propos Clemence Shantitravel

Après avoir étudié en classe préparatoire et intégré le CELSA, c’est au cours d’un stage au Laos que j’ai pris goût à la vie à l’étranger. Je travaille à Delhi depuis novembre 2011 et continue d’être surprise chaque jour par l’Inde, ses habitants et ses traditions !