Juin
2016

A la rencontre des populations locales en Birmanie

Publié le 01/06/2016 par Brice Shanti Travel

population-locale-birmanie

Sarah et Fabrice sont partis hors des sentiers battus en Birmanie : à Putao. Retour sur ce merveilleux voyage organisé par Brice, expert-voyage Birmanie.

1/ Bonjour, pouvez-vous rapidement vous présenter ?

Sarah 37 ans, office manager en congé parental et Fabrice 38 ans, cadre dirigeant à Paris, parents de trois enfants. Nous sommes sportifs et aventuriers dans l’âme, nous aimons voyager et aller à la rencontre de nouvelles cultures. Tous les ans, nous faisons un voyage que tous les deux pour nous retrouver et aussi pour être au plus proche des populations locales.

2/ Pourquoi avoir choisi la Birmanie comme destination de voyage et surtout une région comme Putao ?

Nous avons été à Cuba il y a deux ans et avons adoré le fait de dormir chez l’habitant et l’expérience sac à dos. La Birmanie, tout comme Cuba, a été un pays très longtemps fermé. On voulait retrouver ce côté « roots » et authentique et découvrir une autre culture. On cherchait aussi à faire un trek de plusieurs jours pour se ressourcer et se retrouver coupés du monde. Putao était la région idéale car nous avons croisé très très peu de touristes et nous n’avions aucun signal téléphone !

chez-habitant-birmamie

3/ Comment avez-vous préparé ce voyage ? Pas trop d’appréhension d’aller dans une zone si reculée ?

On a fait confiance à Shanti travel qui est un spécialiste du voyage en Asie. Fabrice les connaissait pour avoir fait appel à leurs services il y a quelques années pour un trek de trois semaines au Ladakh. Shanti Travel a été la seule agence à nous proposer ce type de trek exceptionnel dans cette région peu connue. Le programme nous a séduit et l’information était pertinente. Brice notre agent local connaissait la région pour y avoir été, du coup on s’est totalement laissé guider.

4/ Quel est le moment le plus marquant de ce voyage ?

Ziyadum, le dernier village de Birmanie, à peine une trentaine de maisons situées dans les contreforts de l’Himalaya. Nous étions entourés par la nature et l’endroit était juste d’une pureté incroyable. On avait l’impression que le temps était suspendu. Le fait de passer deux nuits sur place nous a permis de rencontrer et d’échanger avec les habitants notamment avec les deux institutrices du village qui nous ont même reçus chez elles pour nous offrir un thé. Et puis le soir de notre arrivée, un vieux monsieur nous a fait cadeau de 4 oeufs. Il s’excusait auprès de notre guide de ne pas pouvoir parler avec nous et nous remerciait d’être venus jusqu’à chez eux. Il était tellement touchant.

Putao. On faisait le tour du village lorsque notre guide traverse un terrain. Des écoliers étaient en train de participer à diverses activités sportives mais dès qu’ils nous ont vus, ils se sont rapprochés de nous. Une petite dizaine puis petit à petit une centaine d’enfants nous entourait ! Ils étaient contents de nous voir et aussi amusés de voir Fabrice le géant d’1m97 ! Certains s’amusaient à sauter à côté de lui pour essayer de lui toucher l’épaule. J’ai sorti mon portable pour prendre des selfies avec eux et on a ri ensemble. C’était vraiment émouvant de voir ces visages et ces sourires.

bagan-birmanie-montgolfieres

Bagan en montgolfière. Une expérience unique et magique, un survol fabuleux au lever du soleil au dessus des 2000 temples. On prend conscience de l’étendue de ce vaste site archéologique, on ne sait plus où donner de la tête !

5/ Comment s’est passé le contact avec les Birmans et avec les minorités du Nord ?

Les Birmans sont extrêmement serviables et d’une incroyable gentillesse. Le contact a toujours été très facile même si nous ne parlions pas la même langue. Il suffisait qu’on se promène aux alentours du Putao pour que des villageois nous offrent des pamplemousses (absolument délicieux) de leur jardin. Les échanges de regards et de sourires suffisaient pour comprendre qu’ils étaient simplement heureux de nous faire plaisir.

6/ Au niveau des logements et de la nourriture, comment cela s’est-il passé ? Pas trop dépaysés ?

Pendant notre trek, nous avons dormi 4 nuits chez l’habitant. On cherchait un côté « roots » et authentique et nous l’avons trouvé ! On oublie son confort d’occidental et on se retrouve à manger à la bougie, à se chauffer autour d’un feu de bois et à dormir dans des maisons en bois sur une couverture en guise de matelas avec une température ambiante avoisinant 0 degré. On peine à se laver à l’eau froide mais l’expérience est incroyable. On a une toute autre notion du temps et c’est tellement bon d’écouter le silence. Côté nourriture, on s’attendait a manger du riz … et du riz ! Mais pas du tout ! Notre cuisinier nous a concocté de merveilleux petits plats avec des produits frais achetés aux habitants des villages que nous traversions. Les légumes sautés ou en salade étaient à tomber par terre. On s’est régalé !

Au lac Inle, l’expérience a été tout aussi incroyable et magique. Nous avons séjourné au Thahara Inle Heritage, un hôtel de charme sur pilotis avec seulement 6 chambres. Un petit paradis sur l’eau ! Les bungalows sont très joliment décorés et le personnel est extrêmement attentif. L’hôtel fait aussi office de centre de formation pour les jeunes qui se destinent au travail de l’hôtellerie. Ils cultivent leurs propres légumes, fruits et herbes aromatiques. On peut déambuler parmi les plantations et découvrir ses cultures bio. La carte du restaurant est travaillée et les plats sont dignes d’un grand restaurant !

7/ Les guides jouent des rôles très importants lors de nos voyages, un petit mot sur eux ?

guide-voyage-birmanie

Les guides étaient très professionnels, leur anglais était excellent et ils étaient absolument charmants. Ils ont plaisir à vous faire découvrir leur région et à vous parler de leur pays. Ils sont su être flexibles à certains moments pour s’adapter à nos envies du moment. Ils sont essentiels dans l’échange avec les populations locales, ils étaient à l’écoute et aux petits soins pour nous.

Pendant notre semaine à Putao, nous nous sommes liés d’amitié avec notre guide. Nous avons longuement échangé sur les us et coutumes des minorités du Nord et sur le changement de régime du pays. Le dernier jour, il nous a même invités à déjeuner dans la maison familiale. Nous avons été reçus comme des rois !

8/ Si je vous demandais de choisir une seule photo de votre voyage, ce serait laquelle et pourquoi ?

Dilemme … on choisirait deux photos car elles représentent les deux choses que nous étions venus chercher en Birmanie : la rencontre avec les populations locales et la découverte des richesses et de la culture bouddhiste birmane. Shanti Travel Birmanie

La photo selfie avec les enfants du village de Putao.

Et le bouddha pris dans un temple du XIème siècle à Bagan

bouddha-birmanie

9/ Pour finir, une anecdote particulière à nous raconter ?

Lors de notre trek entre Ziyadum et Awadum, nous croisons une vingtaine de villageois qui étaient en train de charger de grosses et lourdes poutres en bois fraichement coupées sur des charrettes de fortune. Notre guide s’arrête pour parler avec eux, nous observons alors le chargement de ces poutres à la main qui sont ensuite attachées avec de simples ficelles de bambou. Hommes et femmes s’amusent et se taquinent lorsque vient le moment de pousser ces deux charrettes. Aucun animal pour tracter, on reste médusé. On accompagne le convoi, puis arrive le passage d’un ruisseau suivi d’une petite montée. On se dit qu’une paire de bras n’est pas de trop, on se met alors à pousser avec eux ce chargement qui pèse un âne mort. Les roues s’embourbaient mais on a rigolé, crié et compté avec eux. Fabrice en a même perdu sa chaussure dans la boue, ça les a bien fait rire ! Ce moment de partage nous a marqué parce que malgré l’effort et la dureté de la tâche, ces hommes et femmes étaient solidaires et riaient ensemble.

putao-birmanie

Pour sortir des sentiers battus en Birmanie et partir la rencontre de la population locale, nous vous proposons le voyage « Peuples oubliés de l’Himalaya Birman ».

Mots-clés : voyage birmanie,

mm

À propos Brice Shanti Travel

L'Asie me passionne à tel point que j'ai appris à dire merci en 8 langues ! Après avoir terminé mon école de commerce, j'ai rejoint l'équipe de Shanti Travel en Inde pendant 4 mois avant de partir pour la Birmanie. J'ai la chance de faire le métier qui me plait : créateur de voyage sur-mesure depuis Yangon, une ville que j'affectionne tout particulièrement !