Shanti Travel > Coronavirus : l’avis d’expatriés en Asie

Coronavirus : l’avis d’expatriés en Asie

Alors que depuis quelques semaines, le phénomène du Coronavirus (COVID-19 / 2019-nCov) fait beaucoup parler de lui, les voyageurs se posent des questions quant à leur départ à l’étranger. S’il est certain qu’il vaut mieux être vigilant quant à la sécurité et la santé de ces derniers, nous interrogeons nos experts voyages expatriés en Asie et donc présents sur place, pour rendre compte de la situation actuelle.

Installés au Sri Lanka, en Indonésie ou encore au Vietnam, Pablo, William et Amandine nous partagent leur ressenti depuis ces dernières semaines quant à la question du Coronavirus et aux interrogations des voyageurs. Jérémy Grasset, directeur de Shanti Travel de passage à Colombo & Delhi, nous explique également les consignes à l’aéroport.

Shanti Travel Experts

Amandine, Pablo, William and Jérémy

1. Peux-tu te présenter, nous raconter brièvement ton expérience en Asie ? Depuis combien de temps es-tu expatrié(e) ?

AMANDINE : Je m’appelle Amandine et j’encadre notre équipe d’experts voyages sur la zone Asie du Sud-Est. Mon goût pour l’aventure et le voyage m’a poussé à réaliser le rêve de beaucoup en m’installant dans différents coins paradisiaques du globe. Je me suis expatriée pour la première fois en 2013 au Cambodge, il y a bientôt 7 ans. Je suis maintenant basée à Hanoi, ville effervescente que je continue de découvrir au quotidien, même après 3 ans passés sur place, et ai vécu entre temps en Thaïlande et au Myanmar.

WILLIAM : Je m’appelle William et je suis en charge de notre bureau local en Indonesie. A 18 ans, je suis parti vivre aux Etats-Unis et cette expérience fut très enrichissante. Elle m’a permis d’apprendre sur les autres et sur moi-même. Par la suite j’ai eu l’opportunité de vivre en Polynésie Francaise, en Suisse, en Allemagne et plus récemment en Asie. Après avoir passé une année à Singapour et 2 ans en Thaïlande, j’ai découvert l’Indonésie, que je considère aujourd’hui comme ma deuxième maison. L’Indonésie est le plus grand archipel du monde et offre des paysages aussi surprenants qu’uniques. Après près de deux ans à Bali, je reste en perpétuelle admiration devant la beauté des rizières et des temples notamment mais également l’atmosphère chaleureuse qui règne ici.

PABLO : Je m’appelle Pablo et je vis en Asie depuis bientôt 3 ans et demi. J’ai passé mon enfance en Nouvelle Calédonie, entre campagne et lagons d’eaux turquoises. Fils de grands voyageurs, j’ai depuis mon enfance toujours apprécié la découverte. Après des études en France et une carrière professionnelle en Espagne, j’ai eu envie de découvrir de nouveaux horizons. Connaissant le Sri Lanka à travers mes lectures, je n’ai pas hésité à venir découvrir ce magnifique pays.

2. Comment appréhendez-vous l’épidémie du coronavirus se déployant depuis quelques mois, vous sentez-vous concerné par la situation aujourd’hui ?

AMANDINE : Je me sens doublement concernée par cette épidémie, en tant que citoyenne du monde et en tant qu’agent de voyage. Aussi bien en me protégeant au quotidien du virus, qu’en encadrant au mieux nos voyageurs afin qu’ils voyagent en toute sécurité.

WILLIAM : Je me sens évidemment très concerné par cette épidémie et particulièrement à l’égard de nos voyageurs. Voyager doit être un plaisir et une belle expérience, non une crainte. Il est très important pour moi de m’assurer de la sécurité et du bien-être des personnes voyageant à nos côtés.

PABLO : Je pense qu’il y a une bonne coordination internationale, et qu’en respectant les mesures d’hygiène mais aussi les recommandations de nos ambassades, il n’y pas plus de soucis à se faire. Tout comme la grippe hivernale ou les cas de dengue, il faut se protéger et éviter les situations à risque.

3. Quelles précautions ont été prises par le gouvernement à destination et comment cela impacte votre quotidien ?

AMANDINE : Ici au Vietnam, le gouvernement a pris des mesures de prévention très rapidement, quelques jours seulement après l’annonce de l’épidémie : communication sur les mesures de prévention, fermeture des écoles, distributions gratuites de masques, contrôles thermiques à l’aéroport, mise en quarantaine des cas suspectés, annulation d’événements culturels et sociaux, fermeture de certains sites touristiques… Cela afin de ne prendre aucun risque et de ne pas propager l’épidémie.

WILLIAM : L’Indonésie est un pays très touristique et de ce fait, les mesures de sécurité sont importantes. Le gouvernement a beaucoup investi ces dernières années afin d’assurer la sécurité des voyageurs. Les contrôles ont été également renforcés depuis le début de l’épidémie et aucun cas de contamination n’a été constaté en Indonésie à ce jour. Mon quotidien n’a pas changé, je veille simplement à bien respecter les règles d’hygiène classiques, tout comme je le ferais en hiver en France.

PABLO : Au Sri Lanka, les visas en provenance de chine ont été arrêtés momentanément, et il y a des caméras thermiques aux arrivées en plus des formulaires sanitaires habituels. Les autorités sri lankaises ont très vite réagi face à ce phénomène et ont tout de suite fait le nécessaire pour éviter sa propagation. L’OMS a d’ailleurs félicité le Sri Lanka pour ses mesures prises contre ce phénomène.

JÉRÉMY : Je suis passé en Inde et au Sri Lanka récemment. L’Inde a un cas au Kérala. Mais il y a 1.3 milliard d’habitants, donc on peut considérer que c’est circonscrit pour le moment. Les personnes en provenance de Chine ou de pays avec le virus subissent plus de contrôles. Le système de santé indien est bien rodé. Au Sri Lanka, j’ai rempli une fiche sanitaire & nous sommes passés devant les caméras comme le  dit Pablo. Par contre, le pays va être fortement touché, surtout un an après les évènements de Colombo.

4. Enfin, quels sont vos conseils aux voyageurs prévoyant de se rendre en Asie ?

AMANDINE : Mon conseil serait d’adopter les règles ‘’classiques’’ pour se protéger des virus : se laver les mains régulièrement, porter un masque a l’extérieur, éviter les endroits trop fréquentés (préférez les visites en plein air). Enfin pour la réservation de vos vols et pour les semaines à venir, mieux vaut éviter les compagnies aériennes chinoises qui annulent leurs vols par mesure de sécurité. Enfin, n’oubliez pas (comme pour tous vos voyages, même en dehors du Coronavirus) de souscrire à une assurance. Nous recommandons celle de Chapka Cap Explorer, qui couvre les annulations en cas d’épidémie déclarée dans les 30 jours précédant le départ, dans un rayon de 100 km autour de la destination.

WILLIAM : Il est à mon sens important, que l’on voyage en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie, de toujours rester vigilant et organisé. En effet, souscrire à une assurance avant de partir à l’étranger me paraît nécessaire. De plus nous mettons toute notre expertise d’agence locale à votre service afin de vous éviter des désagréments lors de votre séjour. Si cela devait arriver, nous serions physiquement à vos côtés afin de les résoudre.

PABLO : Suivre les recommandations des autorités locales ainsi que celle de nos ambassades. Le Sri Lanka reste très sûr et tant que les voyageurs respectent les mesures de précaution indiquées, je suis persuadée que l’on peut continuer à voyager en toute sérénité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ils ont voyagé avec notre agence de voyage en Asie Shanti Travel

Send this to a friend