Un merveilleux pique-nique à quelques kilomètres de New Delhi

En route pour Dhauj

En route pour Dhauj

Mon amour de la nature et une forte passion du cyclisme m’ont conduit un jour avec mes amis de l’université jusque dans une bourgade rurale du nom de Dhauj  avec des paysages d’une grande beauté. Le but de ce tour en vélo était de sensibiliser les gens de la campagne à propos de divers sujets  tels que l’industrialisation, la déforestation,  le changement climatique, la pollution…

 

 

 

 

Rencontre sur la route

Rencontre sur la route

L’aventure commence au départ de New Delhi

Tous nos vélos étaient équipés de pancartes avec plusieurs slogans positifs. Je me suis rendu compte que ce voyage a non seulement sensibilisé les poulations mais il  nous a aussi permis de profiter d’un merveilleux pique-nique entre amis.

En entendant parlé de Dhauj, j’ai ressenti une grande envie de découvrir cet endroit.  Avant de partir, je pensais que je n’allais voir que des petits lacs, des petites collines et des villages. Personne ne s’attendait à croiser un chamelier, des bergers ni des potiers sympathiques. Ce fut une journée très animée, et toutes ces surprises restent de bons souvenirs !

Vers 6h30, nous avons commencé à avancer lentement sur nos vélos à travers les routes grouillantes de Delhi. Les routes poussiéreuses, la journée ensoleillée et les klaxons nous fatiguèrent plus vite que nous le pensions mais notre passion nous encourageait à tout moment.

Escapade campagnarde

Une fois éloignés des grands immeubles de la capitale, nous pouvions apercevoir une terre verdoyante et rocheuse. Après quelques heures de route, un petit village au bord du chemin dans lequel se trouvait un atelier de poterie nous a donné envie de faire une petite pause. Cet endroit m’a offert pour la première fois de ma vie la possibilité de faire de la poterie ; ce fut un moment inoubliable…Ce village avec des vaches, des chèvres et des bœufs nous a offert une très belle image de la vie rurale.

Nous avons repris la route en direction de Dhauj.  Après une petite heure de de vélo, nous sommes arrivés devant une belle statue d’Hanuman représentant un singe avec une grande queue dominant tous les bâtiments voisins. Il était déjà 11h et ces 4 heures en vélo nous avaient déjà vidés de notre énergie, c’est pourquoi une conversation entre nous convint d’une nouvelle halte. Tout à coup, nous  apercûmes un étang attirant des oiseaux .C’était le meilleur endroit pour se reposer.

Petite halte sur la route

Petite halte sur la route

Une première halte en pleine campagne

Nous avons sauté dans l’eau et avons fait quelques photos souvenirs. Nous avons tous sorti de nos petits sacs à dos quelque chose à manger.  Certains d’entre nous n’ayant rien apporté et picoraient dans nos assiettes quand nous avions le dos tourné. C’était un moment inoubliable qui montrait combien nous étions proches les uns des autres.. Certains ont tenté alors d’abandonner l’idée de reprendre le chemin préférant rester paresseusement au bord du lac. Mais, le chef s’éleva et reprit la route, du coup tous les autres le suivirent.

Nous n’étions plus entourés de bâtiments mais nous nous trouvions au milieu des arbres, des animaux, d’un  peuple de la campagne. Nous ne pouvions pas trouver des gens en cravate ou en pantalon mais au contraire nous croisions  des personnes en dhoti ou en robes traditionnelles. En faisant ce petit trajet en vélo, plusieurs d’entre nous, ont vu, pour la première fois, la vie rurale. Et quelle joie nous avons ressenti quand nous avons croisé un berger guidant ses moutons. Nous avons doublé les moutons en zigzaguant avec nos vélos.

Dans l'école avec les enfants

Dans l'école avec les enfants

Sensibiliser les enfants à la préservation de l’environnement en Inde

Après cette belle rencontre, nous sommes arrivés près d’une petite école qui surplombait le village. Là, de nombreuses personnes ont salué notre courage et le sens de notre venue. Nous avons eu l’opportunité de sensibiliser les élèves  au sujet de plusieurs  problèmes tels que la pollution, le changement du climat etc. Les élèves ont encouragé nos efforts.

Nous avons descendu une pente jusqu’au village où nous avons tous pris différents chemins à l’entrée du village. Les femmes habillées traditionnellement arboraient un air timide alors que les enfants courraient après les vélos. Les vieux avec leurs grandes moustaches fumaient le narguilé (le hukka)  avec un regard intimidant. Et comme, nous étions étrangers dans ce village, les chiens n’ont pas cessé d’aboyer après nous. Pour moi, c’était une belle expérience parce que j’adore les animaux.

Après ce beau spectacle, nous avons repris notre chemin,  et sommes arrivés dans un autre village qui abritait quelques magasins traditionnels. Là, nous avons acheté toutes les provisions nécessaires afin de préparer notre repas.  Les villageois nous ont offert des bouses séchées pour que nous puissions allumer le feu et préparer notre repas délicieux.

Un bon pique nique et un repos mérité avant de reprendre la route

Après une petite heure de route, nous avons atteint notre destination. C’était un endroit entouré de collines rocheuses s’élevant devant des petits lacs dans lesquelles les vaches se rafraichissaient. C’est là où nous avons fait notre dernière halte et avons préparé notre déjeuner. Certains ramassaient du bois, d’autres des pierres et moi, je cherchais un endroit idéal pour allumer le feu. Il nous a fallu plus d’une heure pour préparer le repas mais heureusement nous avons eu la chance d’être aidés par d’adorables enfants. Nous avions alors extrêmement faim et nous nous sommes jetés sur la nourriture en mangeant comme des cochons.

Pique nique au bord de l'eau

Pique nique au bord de l'eau

Après le repas, nous avions retrouvé assez d’énergie pour reprendre la route. Les plus courageux du groupe ont tenté de monter jusqu’en haut de la colline. Là, une nouvelle aventure commença ! Après une heure de belle montée, nous pouvions voir le soleil vers l’ouest  depuis le sommet d’une colline. Il était déjà 4h de l’après-midi et il était temps de faire demi-tour.

 

 

 

 

 

 

Dernières mésaventures avant d’arriver à l’université

N’ayant aucun autre moyen de rentrer à l’université, nous nous sommes forcés à remonter sur nos vélos. Tout à coup, nous nous sommes rendus compte que le pneu d’un vélo était crevé. Nous n’avions aucun moyen de le faire réparer. Finalement, nous nous sommes  mis d’ accord pour que chacun pousse ce vélo toutes les demie-heure jusqu’à ce qu’on trouve un moyen de le faire réparer.

Une belle aventure

Une belle aventure

De village en village, cherchant un moyen de réparer le vélo, nous avions déjà parcouru la moitié de notre trajet. Nous sommes enfin tombés sur un magasin où nous avons pu faire réparer le vélo.

Et finalement, nous avons atteint notre campus sains et saufs.

Nous étions très fatigués et avions envie de nous reposer. Nous avons crié « Hip Hip Hurrah » tous en chœur. Si vous  avez du courage et la passion des rencontres et que vous appréciez la nature, les paysages et les champs de riz, le Dhauj est fait pour vous !

En souvenirs de mes meilleurs amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.