Un week-end à Calcutta, découverte de la cité de la joie

Calcutta-LA cité de la joieDepuis longtemps, mon esprit associait Calcutta à un mélange entre Mère Theresa et le fooormidable Docteur Max Lowe (alias Patrick Swayze, dans l’adaptation de La cité de joie, le livre de Dominique Lapierre). Un univers sombre, une pauvreté extrême et un avenir incertain mais optimiste pour la surpopulation des bidonvilles de Calcutta… Trois jours dans l’ancienne capitale de l’Empire Britannique des Indes, actuelle capitale de l’État du Bengale Occidental m’ont fait changer d’avis.

Promenade animée et colorée à Calcutta

Direction le Nord de la ville où je marche sans trop savoir où je vais. Les bâtisses d’un ancien style colonial rappelle l’époque où les urbanistes britanniques ont fait de Calcutta ce qu’elle est aujourd’hui. Cette impression je la retrouve également le deuxième jour dans un autre quartier. J’avance jusqu’aux quais, vers Babu Ghat, où j’embarque sur un ferry. Pour 5 roupies je traverse la rivière et rejoins Howrah, la ville reliée à Calcutta par l’imposant Howrah Bridge.

Juste avant d’atteindre la terre ferme, j’emprunte les escaliers sur la droite du pont. En quelques secondes, l’ambiance est différente, animée, bruyante et colorée : je suis en plein milieu du célèbre marché aux fleurs de Calcutta. Jaune, orange, blanc on y retrouve toutes les fleurs traditionnellement utilisées pour les offrandes et bien plus encore. Roses, fushia, iris et autres jolies fleurs sont ici vendues, nettoyées, assemblées en guirlandes,… Malgré mes efforts, je n’ai pas encore résolu le grand mystère… Non, je n’ai jamais eu la chance de voir un champ de fleurs en Inde, je ne peux pas raconter le parcours d’une fleur avant d’arriver ici!marchand de fleurs

Après cette visite odorante et colorée, je prends la direction de Bara Bazaar, le centre historique de Calcutta. D’après ce que j’ai pu voir et comprendre, chaque rue a sa spécialité les menuisiers d’un côté, le ferrailleurs de l’autre,… Je pense avoir erré 1 heure ou 2 avant de retomber sur l’une des avenues principales du nord de la ville. Quelqu’un m’indique la direction de la grande mosquée. Bâtie sur 3 étages, j’ai trouvé l’architecture de cette mosquée assez atypique et très agréable.

Pause gourmande et visite indienne

Une fois la visite terminée, je saute dans un taxi qui me conduit vers Park Street, la rue commerçante et sans doute la plus touristique de Calcutta. Après une pause sucrée chez Flurys, le célèbre café au style colonial, je me promène dans le quartier et achève cette 2e jounee, en m’installant au Some Place Else, un bar sur Park Street où j’écoute distraitement de la musique live. Mais les gourmands préfèreront sûrement les tables du restaurant Peter Cat, bien connu pour ses chicken kebabs et ses cocktails maison!

Le dimanche, beaucoup de lieux marchands sont fermés, c’est alors le moment idéal pour visiter les lieux-cartes postales de la ville: direction, le Victoria Mémorial. L’interieur de cette superbe bâtisse de marbre blanc et devenu aujourd’hui un musée. Disons, qu’il y a un peu de tout… C’est surtout selon moi, un bon moyen de comprendre l’approche indienne des musées. On se suit en file “indienne”, on touche les toiles, on mange, les enfants chahutent et les pigeons sont de la partie. Une sorte de musée dans le musée!Vue surplombant la rue-Calcutta

En sortant, partez vers la droite pour vous rendre à la cathédrale Saint-Paul. En ce qui me concerne, après avoir admiré sa tour principale, je me suis laissée conduire vers Free School Street, le quartier des backpackers. On m’avait recommandé ce quartier pour ses disquaires mais je suis repartie bredouille. Malheureusement cela m’a aussi fait comprendre pourquoi l’image de ville sale et pauvre perdurait…

J’ai repris l’avion pour Delhi le lendemain matin. Soit 3 jours complets et 3 nuits, une durée idéale selon moi pour prendre le temps de découvrir Calcutta et d’apprécier son rythme. La Cité de la Joie a balayé les clichés que j’avais en tête et m’a laissé une impression très agréable pour un parfait week-end loin de mon quotidien delhiite!

Dernière information à retenir : octobre est un mois de fête pour la ville qui se métamorphose pour célébrer la déesse Durga. Contactez les experts Shanti Travel pour assister au grand festival de la Durga Puja et découvrir la ville en effervescence.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.